illustration, musique, installation, écriture   +33 677 607 991 rasendrason.n@gmail.com

Zugunruga

lorsque le mystère est une île, prudence est mer de sûreté

Photomontages, écriture

Depuis quelques années je développe une sorte d’encyclopédie totale (en termes d’aspects, de supports, de médias, d’histoires…).
Je l’ai nommé Anticlopaedia et c’est l’encyclopédie d’un univers parallèle. Parallèle parce que constitué d’anti-matière.
L’anti-matière, qu’est-ce-donc ? C’est la même matière mais sur un pan différent de la réalité telle que nous la connaissons.
L’Anticlopédie propose un anti-univers, et dans cet anti-univers il y a Zugunruga, un anti-archipel.
On peut le représenter ainsi :

Le Zugunruhe, terme allemand, nommé aussi « agitation migratoire », est un sentiment d’anxiété qui apparaît chez les animaux migrateurs, notamment chez les oiseaux. Même quand ces animaux sont enfermés, ils montrent ce comportement durant les saisons où leur migration devrait se produire. Est ajouté à ce terme Ruga, du rapa nui « élevé », « partie la plus élevée ». C’est ce qui a donné ce nom : zugunruhe, le besoin de migrer et ruga, l’élévation.
Car Zugunruga est un archipel placé au-dessus nos têtes ou presque. Si l’on regroupe les coordonnées en termes de latitude et de longitude, on parvient dans une zone située entre la Bretagne (France) et Rapa Nuì (Polynésie française), mais lorsque l’on s’intéresse à l’altitude on constate que ces îles culminent toutes à plusieurs milliers de kilomètres (plus de 10 000 pour les plus éloignées comme la Mer Sainte et 4 000 pour l’île Maçana qui a elle-même une altitude de 970 m).
Il semblerait que l’archipel soit une couche se superposant à notre stratosphère, comme on en voit en exemples dans beaucoup de nouvelles d’anticipation. Seule différence notable : ce qui englobe la couche n’est pas de la terre, mais de la mer. Ce ne sont pas des îles flottantes dans l’espace, ce sont des îles flottantes dans la mer dans l’espace.

Zugunruga est le nom de l’archipel de l’Île du Rêve Sale : Igo Varua Motu. Cet archipel comprend un nombre indéfini d’îles fantasmées, certaines imaginées (le Chemin des Empetrums, l’île Ma-Ma, l’île Quartz…), d’autres rêvées (Igo Varua Motu, les Îles Temples) et
d’autres encore, détournées (la Maçana, Gorg) ou révélées (île du Cheval Fou). Sa « création » a été provoquée suite à la volonté de mettre en lumière une île née d’un rêve (Igo Varua Motu).
Les îles de l’archipel ont toutes deux points communs : celui de permettre – chacune à leur manière – ce qu’une île a de mieux à offrir et ce qui la défini presque : l’isolement. Leur autre point commun est, pour la plupart d’entre elles, le fait d’être si isolées qu’elles
n’appartiennent pas à notre pan de la réalité, mais légèrement plus au-dessus (ruga). Est présenté ici un certain nombre de ces îles, les autres n’ayant pour l’instant pas de réels documents permettant de les représenter, malgré l’existence de moyens d’analyse.
Igo Varua Motu, l’Île du Rêve Sale, l’île alpha à l’origine du projet, n’est pas représentée pour diverses raisons, entre autres celles qu’il y règne un tabou hors du commun.

Cliquez sur les photos pour les ouvrir en grand

La Maçana

 

112,1 x 116,9 cm

Réserve Naturelle de la Forêt de la Massane, France, 42.475 | 3.020 | 4 050

L’histoire de l’île Maçana prend racine dans un séjour de 4 jours et 5 nuits en solitaire dans la forêt de la Massane entre le 30 décembre 2017 et le 3 janvier 2018. C’est une forêt où l’activité humaine a été stoppée, offrant à son environnement une biodiversité remarquable.
Depuis plus d’un siècle, la forêt de la Massane n’est plus exploitée et les processus de vie et de mort de cet écosystème s’accomplissent librement (source : www.reserves-naturelles.org/foret-de-la-massane).
Cette résidence/mission survivaliste/retraite sauvage/randonnée alternative a été l’occasion pour moi de révéler une puissance au niveau personnel et un besoin de replacer cette forêt dans un contexte artistique voire mystique. Placer cette forêt sur une île m’a permis de consolider un souvenir, de la propulser dans un rêve lointain, de la préserver comme un symbole, de sacraliser un moment.

 

 

Île de la Bête Solaire

50 x 60 cm

Cette île a la particularité de n’abriter qu’un seul être vivant, si c’en est bien un. En vérité ce cryptide avéré est presque toujours visible à une certaine distance, mais dès lors qu’on s’approche à moins de 100 mètres de l’île, la créature disparaît de sa surface.

 

 

 

Gorg

29,7 x 42 cm

Du Gour de Tazenat, 63410 Charbonnières-les-Vieilles, France, 45.98 | 2.99 | 110 512.71

Un lac dans l’océan ? Des barracudas dans la mer.
Le Gour (de l’occitan gorg, « gorge », « gouffre ») de Tazenat est un lac remarquablement circulaire situé au nord de la Chaîne des Puys-de-Dômes dans la commune de Charbonnière-les-Vieilles. Il existe nombre de lacs et d’îles d’origine volcanique ; dans la dimension de Zugunruga, l’Île Gorg est un ancien volcan difficilement accessible mais qui permet une retraite.

 

 

 

Bosquilhon

29,7 x 42 cm

L’île Bosquilhon (de l’occitan bosc, « bosquet »), vêtue d’une forteresse constituée de la faune et de la flore les plus denses du monde.

 

Ma-Ma

14,51 x 21,35 cm

De l’Île Marion, Afrique du Sud, -46.906 | 37.737 | 12 558.211

Exemple de fission simple du réel donnant lieu à une symétrie irréfutable sur tout un territoire. L’île Ma-Ma doit son nom à l’île Marion d’où sa partie visible a été extraite. On ne sait pas à ce jour ce qu’est devenue l’autre partie. L’hypothèse la plus courante (et rassurante) est qu’elle n’a jamais existé dans ce pan de la réalité.

 

Île du Cheval Fou

39,44 x 50 cm

Ar Staon Vraz, Unnamed Road, 29259, Île Molène, France, 48.418 | -5.020 | 8 872.228

L’île du Cheval Fou, davantage amoncellement de rochers qu’île, est la révélation de Ar Staon Vraz, en Bretagne, sur la Unnamed Road.
C’est une paréidolie.
On dit que les plaques tectoniques se retrouvent légèrement plus prises à des mouvement ici que partout ailleurs. …Et qu’ici plus que partout ailleurs le temps passe également légèrement plus vite.

 

Erosia

 

Ces trous de matière coincés dans ce tissu parallèle sont les empreintes les plus sévères que peut infliger l’érosion à un paysage.
Impossible de déterminer la hauteur des profondeurs de ces vortex.

Allée des Myrtilles

32,4 x 81,92 cm

Ou Chemin des Empetrums (ce qui sonne moins village de campagne française)
Une longue promenade où le temps s’est arrêté. Ceci étant, des baies sempervirentes y poussent toute l’année (mais attention, elles
ne sont pas toutes comestibles).

 

 

Île du Grand Oeil

42 x 29,7 cm

Il est toujours un peu difficile d’appréhender que cet œil appartient à quelque chose de vivant dont les proportions dépasseront apparemment les limites de notre imagination. Pour cette même raison, toutes tentatives de donner un nom à cette île ont été abandonnées, car lorsque le mystère est une île, prudence est mer de sûreté.

 

Île du Reflet Bleu

48,59 x 28,64 cm

L’Île du Reflet Bleu est une fenêtre sur un autre pan de la réalité. Il semblerait que ce soit celui que nous connaissons.
Baignade interdite sous peine de tomber dans le monde.

 

Île Quartz

43,45 x 60 cm

Le Triangle de Quartz est un bel endroit mais où il ne fait pas bon vivre.
On a déjà vu pousser des résistantes entre les pierres les plus robustes, mais parce que leurs racines n’ont jamais eu à se frayer un chemin dans du quartz. Le minéral est d’ordinaire transparent, mais des prises de vues latérales et au niveau de l’eau prouvent bien que l’île est entièrement constituée de quartz. L’aspect blanc des vues aériennes est dû à l’amoncellement des couches, rendant opaque la surface sur plusieurs dizaines de mètres.

 

Mer Sainte

33,58 x 50 cm

 

 

Le projet fait partie de l’Anticlopaedia

 

D’autres projets de l’Anticlopaedia